National

Youssef Chahed, le pantin de Marouane Mabrouk

Le gouvernement tunisien a envoyé récemment une correspondance à l’Union Européenne pour demander le retrait du nom de Marouane Mabrouk de la liste des 48 hommes d’affaires tunisiens dont les comptes à l’étranger ont été gelés après 2011.

Cette correspondance a été faite en catimini, dénonce l’ONG I Watch qui lutte contre la corruption. L’affaire a commencé lors de la réunion de la commission des litiges présidée par l’ex-ministre Mabrouk Korchid. Ce dernier a fait du lobbying auprès des membres de la commission pour le retrait de Marouane Mabrouk de la liste des personnes dont les avoirs à l’étranger ont été gelés, et ce dans le but de prouver à l’Union Européenne que l’Etat tunisien renonce à poursuivre le gendre de Ben Ali qui préside le groupe Mabrouk (Orange, Biat, Géant..).

Le lobbying de l’ex-ministre et ses pressions n’ont pas porté leurs fruits vu que les membres de la commission ont refusé sa proposition. Après cet échec, le chef du gouvernement Youssef Chahed est finalement intervenu pour débloquer la situation et s’est adressé directement à l’union européenne pour demander la levée du gel des avoirs.

Notons que l’instance européenne a rejeté à 3 reprises (2015, 2016 et 2017) les recours de Marouane Mabrouk pour la levée du gel de ses avoirs puisque que l’enquête du pôle judiciaire et financier est toujours en cours.

Après la correspondance officielle de Youssef Chahed, l’Union Européenne a commencé à faire les démarches nécessaires pour accéder à la requête du chef du gouvernement. I Watch précise que Youssef Chahed a demandé uniquement le retrait du nom de Marouane Mabrouk de cette liste qui comporte 47 autres personnalités.

L’ONG tance l’attitude du chef du gouvernement qui a fait de la lutte contre la corruption son leitmotiv. Cette obstination à lever le gel des avoirs de seulement Marouane Mabrouk à un an des échéances électorales posent énormément de questions. L’ONG rappelle par ailleurs que le chef du gouvernement a présidé un conseil ministériel restreint pour trancher sur la question le 22 novembre dernier, le jour de la grève générale dans la fonction publique.

les commentaires

comments

Les plus populaires