Billet d'humeur

Une autre étoile, Saloua Ayechi, s’est éteinte

Par Gilbert Naccache, écrivain tunisien et ancien militant du mouvement Perspectives

Je ne l’ai jamais rencontrée. Au moment où on était simultanément réprimés, j’étais à Borj Roumi et elle, avec ses camarades du « coup » de 1973-74 -on appelait ainsi les vagues de répression – à la DST où elle subissait, tortures, humiliations diverses, insultes… pour obtenir d’elle des renseignements sans intérêt, pour lui faire savoir, à elle et à tous les jeunes, que, sous le règne de Bourguiba, on n’avait pas à participer à la vie politique du pays, mieux, qu’on n’avait pas celui de penser.

Ils furent nombreux, ceux des étudiants qui osèrent ouvrir leur bouche, qui osèrent critiquer, parler, écrire. Elle a été, dans ces jours sombres où il fallait se cacher pour penser, aimer, vivre enfin, pour dire sa soif de liberté, alors que veillaient les sbires du régime.

Saloua, sans faire de bruit, modestement, en était, comme tant d’autres, comme beaucoup de ceux qui ont fait un bout du chemin, facilitant la reprise du combat par la suite. Doublement réprimée, en tant que femme et en tant que citoyenne, elle n’en a tiré aucune gloire, juste donné l’impression qu’elle avait fait ce qu’elle devait, avait été là où était sa place.

Et aujourd’hui qu’elle est partie à son tour, rejoindre discrètement le panthéon virtuel de ceux qui, comme elle, ont quitté la scène où ils ont représenté l’honneur d’un peuple et proclamé leur espoir qu’on jugeait alors fou de voir la liberté éclore et la créativité des enfants de ce peuple enfin reconnue et encouragée.

Adieu, Saloua, toi qui n’as jamais demandé autre chose que le droit de vivre libre et fière d’appartenir à un peuple libre, toi qui t’es modestement éclipsée quand tu l’as jugé bon, toi à qui nous devons tous un peu de cette foi dans la liberté qui t’avait inspirée.

A ta famille, à ceux qui t’ont aimée, à tous ceux qui t’ont perdue, je tiens à dire que je partage leur peine.

les commentaires

comments

Les plus populaires