Economie

Tunisair : restructuration et des salaires divisés par deux

La compagnie aérienne Tunisair a confirmé préparer un plan de restructuration pour faire face aux effets de la pandémie de Covid-19, mais aussi la retenue de 50% des salaires de ses représentants à l’étranger.

Selon un communiqué de la compagnie nationale, le plan pas encore finalisé a pour objectif de garantir la poursuite de ses activités et la préservation des emplois. Cette restructuration sera bientôt présentée aux autorités de tutelle dont le ministre des transports Mohamed Anouar Maarouf qui évoquait la semaine dernière une situation catastrophique nécessitant des réformes profondes.

Avant même le début de la crise sanitaire, le PDG de Tunisair Elyes Mnakbi estimait qu’elle devrait licencier 4800 employés, soit 61% de son effectif de 7800 personnes, afin de retrouver son équilibre financier. Et ce un mois après que le ministre chargé des Grandes réformes Taoufik Rajhi a reconnu les difficultés de la compagnie aérienne, tablant sur un besoin d’au moins un milliard de dinars pour financer un plan de restructuration de la compagnie aérienne.

Tunisair a d’autre part expliqué que la retenue de 50% des salaires de ses représentants à l’étranger est une mesure exceptionnelle et provisoire s’inscrivant dans les économies liées à la pandémie. Elle reconnait faire face à un manque de liquidités, conséquence de la fermeture des frontières et de l’écroulement de la demande.

Selon le secrétaire général adjoint de la Fédération générale des Transports Elyès Ben Miled, la masse salariale des employés dans les représentations de Tunisair à l’étranger est estimée chaque année à 11 millions de dinars (contre le triple pour les locaux travaillant dans ces mêmes agences). Le syndicat dit ne pas avoir été consulté sur la manœuvre et de n’en avoir été averti qu’une fois la décision prise, ce qui serait donc illégal.

Pendant ce temps, Tunisair continue ses vols de rapatriement. Mais là encore elle a dû justifier les prix élevés même si les tarifs sont uniques : chaque vol part à vide et au retour ne peut utiliser tous les sièges pour respecter la distanciation sociale, et certains sont déroutés vers Djerba ou Monastir dans le cadre de l’achèvement des procédures d’isolement obligatoire et le retour des avions vides à l’aéroport Carthage.

les commentaires

comments

Les plus populaires