National

Sophia Baraket, c’est dur de mourir à 35 ans !

On ne verra plus jamais son éclatant sourire ni ses yeux d’acier ! La sagesse mystique de Sapho, la poétesse grecque, s’en va avec cette femme où le prénom n’a pu durant sa courte vie qu’influencer sa personne. Sophia Baraket n’est plus ! Son avant dernière exposition à peine «décrochée», qu’elle s’envola pour une autre qui avait parcouru l’Afrique et sa collection « Hammam » a été programmée pour le 21 septembre à la Beyrouth Art Fair sur le thème de la migration.

La native de Tunisie n’a jamais oublié ses racines, où elle avait évolué dans un bain de culture avec sa mère Achraf Azzouz notre éditrice national de livres d’art, un père aussi passionné et un grand-père détenteur d’une agence de relations publiques. Elle a été malgré son jeune âge, que de rêves et de passions ! Elle avait automatiquement intégré l’Ecole d’art et de design de Tunis avant d’accéder une autre école internationale de photographie en France. Depuis, elle nage dans les flots de l’amour du reportage photo.

Elle avait affirmé il n’y a pas très longtemps à Antoinette Delafin, journaliste de RFI, qu’elle avait en effet « toujours voulu faire de la photo et du reportage. C’est un caractère. Enfant, ado, j’avais cette habitude d’observer tout ce qui m’entourait, les gens qui passaient devant moi, n’importe quel petit détail à absorber. La photo était pour moi la parfaite combinaison entre ce que je voulais, j’espérais être, et la liberté de pouvoir bouger, voyager, rencontrer des gens, toutes catégories sociales confondues. Avoir à faire à tous les métiers, entrer dans le monde médical, industriel, de l’aviation… Un panel de diversité. Et une vision beaucoup plus large…. »

En 2010 et 2017, elle a pu réaliser une multitude d’expositions et d’installations à travers le monde, tout en couvrant l’actualité pour plusieurs médias internationaux. Mais l’artiste allait toujours plus loin. Elle avait ce don incroyable de mettre en exergue la société dans toutes ses coutures. Sans raccourcis. Etre au plus près de l’être humain dans toutes ses conditions, résume-t-elle. C’est un travail sur la perception de l’identité, avait-elle également confié. Il n’y a pas encore longtemps, elle avait exposé sur les Drag Queen à Tunis avec le courage de s’assumer, de vouloir être considérée à part entière des communautés LGBT persécutées.

C’est un peu notre histoire à tous, le combat quotidien de tout le monde, mais cela semble plus facile pour certains que pour d’autres. Une femme de cœur qui prend tout à cœur. Hélas ce dernier fatigué de battre passionnément pour l’art et la bonne cause a fini par lâcher en cette triste nuit du 18 juillet 2018. Elle avait à peine 35 ans. Un seul être manquera à sa famille et tout sera dépeuplé dans le domicile familial où la levée du corps aura lieu aujourd’hui. Elle avait encore tant de projets qui trottaient dans sa tête mais la cruauté du sort en a voulu autrement. Elle sera enterrée aussi belle et pure après la prière d’El Asr depuis le 43, avenue Farhat Hached à Gammarth.

les commentaires

comments

Les plus populaires

En Bref est un magazine qui facilite l'accès à l'information. Monde, national, hi-tech, économie, sports, buzz : En Bref est l'outil adéquat pour que rien ne vous échappe de l'actualité.

En Bref vous fait gagner du temps en passant au crible toutes les news crédibles pour en garder les plus pertinentes. En Bref est décliné en versions web et mobile (Android).

En Bref, l'info autrement.

Nous contacter : enbref.tn1@gmail.com

Copyright © 2015-2017 EnBref. Powered by ThrustWork.