Société

Séduction, manipulation… Qui sont ces voleuses de maris ?

Jeune épouse ou mariée depuis des années, les femmes en général ont toujours peur que leurs maris soient attirés par une autre. Chaque époux peut avoir une faiblesse envers une femme qui userait de son intelligence ou de sa beauté pour l’attirer dans le piège d’un remariage.

L’époux n’étant pas un être angélique pour résister à toutes les tentations qui s’offrent à lui, et surtout si son couple bat de l’aile. Cette situation pourrait être en faveur d’une autre femme. L’épouse est alors loin de cette réalité. Son réveil pourrait être brutal lorsqu’elle se rendra compte qu’elle risque d’être remplacée. Elle ne verra plus rien alors, sauf cette rivale qu’elle désignera par « voleuse de maris ». Mais qui est cette femme dont la majorité des épouses ont peur ?

Mourad, 48 ans, ne manque pourtant pas de charme mais sa femme oublie de le lui montrer ou fatiguée d’assumer à la fois des responsabilités familiales et professionnelles. Elle a facilement le reproche dans la bouche et la communication avec elle tourne souvent au vinaigre. Durant ce moment fragile, Mourad se tourne avec nostalgie vers son célibat, tout en regrettant de ne plus pouvoir être «dans le coup ». Et voilà qu’apparait une créature de rêve. Alors qu’il se sentait rabaissé par l’insatisfaction de son épouse, une femme à la beauté éclatante le trouve merveilleux. Une soudaine envie de découvrir autre chose l’envahit. Comment résister à la tentation ?

Sondos, 54 ans et directrice d’un jardin d’enfant, vit dans une perpétuelle phobie de perdre son mari. Elle nous confie « qu’il y a des femmes rusées ayant le don d’attirer un homme qui risque de tomber facilement dans le panneau. Il est vrai que la beauté peut éblouir le commun des hommes et même le plus érudit d’entre eux, recherchera toujours un complément à ses connaissances, surtout si sa propre femme est limitée intellectuellement. »

Est-il possible que l’épouse soit plus intelligente que sa rivale cachée ? Les armes de la guerre défensives existent. Elles n’a plus alors qu’à les utiliser même si la victoire n’est pas toujours évidente. « C’est à l’épouse de tout connaître sur l’entourage du mari, ce qu’il aime, ce qu’il déteste, de quoi il maque pour ne pas tomber dans les bras d’une autre, conseille Aida Z., 44 ans.

Aida Z. pourrait être l’une de ces femmes cérébrales et naïve à la fois. Si cette enseignante universitaire a peur de la voleuse d’hommes, elle se base aussi sur cette hypothèse que cette femme en question pourrait juste « essayer », sans vraiment le « voler ». Sa collègue Souad paraît plus réaliste lorsqu’elle affirme que la femme la plus dangereuse est celle qui est dotée d’une arme redoutable à savoir la beauté « canon ». Elle utilise cet atout pour réaliser ses objectifs. « J’ai beaucoup travaillé avec de très jolies femmes. J’ai observé comment elles procèdent pour conquérir leurs « proies ».  Celles qui sont de véritables expertes, ont ce pouvoir d’atteindre le cœur de n’importe quel homme quel que soit l’amour qu’il porte à son épouse ». Faut-il conclure qu’il n’y a plus d’hommes fidèles ? Que les femmes devraient se résigner à cette fatalité ?

Les histoires de séparation m’ont rendue phobique 

Comme les autres épouses, Henda paraît la plus craintive et angoissée face à cette voleuse de maris, celle qui est aussi douce qu’une couleuvre  s’agrippant au bon moment autour du cou d’un époux faible.

Mais qui est vraiment cette « couleuvre » qui donne une peur bleue à Najoua ? « C’est la femelle parfaite à la beauté fatale qui rend les hommes puissants, des êtres soumis. Il est vrai que mon mari est un homme bon, il m’aime et il me gâte mais je ne peux garantir son pouvoir de maîtrise de soi contre ce genre de phénomènes sans foi ni loi. Contre celles qui passent outre les médisances. Je ne peux être certaine d’une infidélité juste à travers mes doutes qui me poursuivent psychologiquement et ce, pour ne pas attirer l’attention de mon mari sur une chose dont il ne pense même pas. Quand j’étais jeune, cette « voleuse » n’existait même pas pour moi.

Ces dernières années et avec toutes ces histoires de conflits, de trahison, de remariage avec des femmes beaucoup plus jeunes, m’ont rendue phobique. Je suis de plus en plus sur mes gardes, je deviens attentive à tout ce qui touche de près ou de loin mon mari. J’ai un nouveau sentiment de jalousie que je n’avais point. Ce sentiment s’est accentué depuis que je ne me sens plus très jeune ».

Son amie Aziza, la cinquantaine, est par contre très sereine mais triste lorsqu’elle se souvient de la moralité parfaite de son mari. Les hommes parfaits ne vivent pas longtemps. De son vivant, mon mari que Dieu ait son âme, n’avait d’yeux que pour moi. J’étais l’épouse, la maîtresse, la mère, l’amie, la complice à qui il confiait tout. Un jour, il m’a même confié comment il a risqué d’être « volé » par une autre. Je vous relate ce qu’il m’avait dit : « J’étais en train de régler une facture de la Sonède, lorsqu’un parfum épicé a effleuré mes narines. J’ai été encore plus surpris par un bras féminin se posant sur mon épaule en me chuchotant sensuellement à l’oreille combien je paraissais tendre et bon ! C’était une belle brune élancée, la trentaine dégageant cette odeur si parfumée et envoûtante. Embarrassé, j’ai trouvé de la peine pour me libérer en lui disant que son mari pourrait la voir. Mais je n’ai pas de mari. Je suis libre comme l’air. Organisons un programme. avait-elle répondu. Toujours aussi gêné, je répondis « Tout à l’heure, laissez moi régler ma facture, on verra par la suite à la sortie ».

La jeune femme attendit avec toute la patience. Une fois dehors, elle m’a proposé d’aller passer une soirée à Hammamet ou à Sousse. « Je n’aime pas trop les imprévus, gardons le contact pour une meilleure organisation la prochaine fois. » J’étais sorti un peu d’affaire.

Aziza continuait de narrer l’histoire vécue par son mari avec beaucoup de nostalgie. « Alors que mon époux n’arrivait plus à croire ce qui venait de lui arriver et que ce genre de femmes existe vraiment, son portable se mit à sonner. « C’est elle ! me dit-il sans surprise. Il répondit devant moi « non, je ne pourrais pas vraiment vous être utile. Je suis en ce moment en compagnie de la femme de mes rêves et personne ne pourrait la remplacer. Allez chercher ailleurs… ». Ces mots résonnent encore dans ma tête. Ce jour-là, j’ai eu les larmes aux yeux. J’ai senti combien mon mari était franc et honnête envers lui-même, envers moi et combien il m’aimait. Moi non plus, je ne pourrais jamais le remplacer. Allah Yarhmou. »

Les armes de séduction massives

Pour Sadika, la « voleuse de maris » n’est pas une extraterrestre. « C’est une véritable femme ayant des sentiments et des émotions, mais la fatalité fait qu’elle tombe sur un homme marié. Pourquoi l’imaginer ainsi inhumaine ? ». Mais est-elle seulement ordinaire ? Ou est-ce que la limite intellectuelle de l’épouse qui contribue d’une façon ou d’une autre à créer l’occasion à l’autre de l’exploiter ?

Faten 22 ans, étudiante, donne cette réponse à savoir que « la voleuse de mari, est une femme rusée. Elle possède des armes de séduction redoutables. Elle est très consciente que l’homme n’est qu’un éternel enfant et qu’elle peut facilement le manipuler juste en lui lançant quelques regards et quelques mots doux en utilisant tous les moyens surtout ceux dont l’épouse n’est pas dotée ».

Amina, femme au foyer est assez sereine. Son mari l’a un jour rassurée en lui disant qu’il ne tombera jamais dans le piège d’une femme. Ces mots l’ont réconciliée avec elle-même. Elle ne doute plus un instant qu’une autre femme pourrait rôder autour de lui pour le lui prendre. Elle n’est pas d’accord avec les femmes qui donnent un portrait négatif de la « voleuse de mari ». « Ces femmes là, doutent de tout. Elles sont possessives et d’une jalousie maladive. Elles sont également extrêmement complexées. Le « mari volé », n’a pas non plus d’excuses. Il n’a pas cette conscience d’être déjà époux et père. Celui qui prétend être délaissé par son épouse n’a qu’à dialoguer d’une manière constructive avec elle au lieu de se jeter dans les bras d’une autre femme.

Rahma, 49 ans, institutrice, est confiante et très sûre d’elle. Elle pense que la femme qui pourrait lui voler sa moitié n’est pas encore née. « Si celle-ci existe et se croit intelligente, je le suis encore plus qu’elle. Je connais le moindre détail sur la vie de mon mari. Je n’ai aucun doute sur son comportement d’homme fidèle. J’ai ce don de renverser les situation en la faveur de mon ménage ». Malgré cette confiance totale envers son couple, Rahma ajoute que celui qui quitte sa femme pour une autre n’est qu’un lâche.

Adieu et bon débarras !

Soumaya ,37 ans, fonctionnaire, représente le modèle idéal de l’épouse ayant un rapport de respect envers l’institution du mariage dans les droits et devoirs. Elle reproche toutefois à la société d’être injuste envers l’épouse du fait que la société encourage à pardonner les écarts de conduite de leurs maris pour le bien des enfants. « Je pense que c’est l’homme qui cherche à se faire « kidnapper » par une autre parce qu’il aime ça, pour calmer ses envies et pour prouver surtout à son épouse que les autres femmes le trouvent toujours désirable. D’un autre côté, l’époux sait d’avance que les épouses pardonnent presque toujours. Leurs propres femmes ne peuvent souvent rien faire.

L’histoire de Hasna pourrait justifier cette hypothèse. Mariée depuis 25 ans, elle s’aperçut un jour que son mari avait une relation avec la femme de ménage. Quand elle en a parlé à son mari, celui-ci, imperturbable, lui a annoncé qu’il avait déjà entamé une procédure de divorce et qu’il en avait ras-le-bol du « caviar et du saumon ». Il avait envie de refaire sa vie pour apprécier le couscous à l’agneau et la Ojja aux merguez. Souvent quand le mari s’aperçoit de son « erreur », il demande à l’épouse de lui pardonner, alors que ce dernier est amnésique le jour où il commet une infidélité. Je ne considère pas du tout la voleuse de maris comme étant une femme rusée. Celui qui arrive à abandonner sa propre femme, abandonnera un jour ou l’autre la seconde. En ce qui me concerne, je n’ai nullement peur d’être abandonnée, mais si cela devait arriver, alors là, bon débarras !

Une véritable manipulatrice

Loin d’être passionnée, Awatef pense que cette histoire de vol de maris, tire la sonnette d’alarme sur la crise du couple et qu’il faudrait avant tout résoudre le moindre petit ennui pour ne pas accumuler les malentendus.  Souvent, l’époux cherche chez une autre femme ce « kidnapping », parce qu’il a envie de mettre fin à une routine qui s’installe. « La voleuse de maris » devient alors un alibi. « La voleuse de mari » est une véritable manipulatrice. Elle est dotée d’une diplomatie qui manque à l’épouse et connait par cœur les faiblesses masculines. Elle s’investit alors sans effort, affirme Leila, femme au foyer, expliquant les différentes manières de piéger un homme convoité.

« Les secrétaires en particulier prolifèrent en ce sens. Les conditions de travail y sont propices. Leur rôle est important dans la vie professionnelle de leur patron. Beaucoup d’occasions leur permettent d’être en tête-à-tête avec lui pendant de longs moments plus importants que ceux passés avec l’épouse. Ce climat est propice à la complicité d’une femme qui est en plus très souvent dans une parfaite élégance. De retour au foyer, l’époux se retrouve face à une épouse qui se néglige, exigeante et fatiguée, dépassée par les soucis quotidiens des enfants, des voisins… C’est alors que la comparaison entre l’épouse et la secrétaire intervient. Entre celle qui intervient avec douceur pour trouver des solutions et celle qui pleurniche en accumulant les problèmes ».

A la question de savoir si elle-même pense que cette « voleuse de mari » pourrait atteindre son couple, elle répond ironique qu’elle ne le pense pas « pour de multiples raisons. D’abord l’inexistence de femmes dans le milieu professionnel de mon mari et qu’ensuite, j’ai entièrement confiance en lui. »

Quant à Rafika, 46 ans, cadre bancaire, elle précise qu’il « n’est pas toujours vrai que la rivale soit toujours plus belle que l’épouse, mais ce qui est certain, c’est qu’elle est différente. Elle a cette capacité formidable d’amadouer le plus dur des hommes. Son style sexy et ses paroles mielleuses soumettraient le plus solide des hommes. Pourquoi pointer un doigt accusateur sur ces femmes et les traiter de voleuses ? Est-ce que le cœur qui se met à battre pour un homme sait d’avance qu’il est déjà pris ? ». Rafika, qui s’est mariée dernièrement avec un homme divorcé ayant deux enfants, précise qu’elle avait connu son mari Moncef après une expérience douloureuse d’un premier mariage qui l’avait brisée. J’étais seule face à mon destin. C’est lui qui m’a sortie de ma solitude. C’était le frère, le père et l’ami. C’est grâce à lui que j’ai repris goût à la vie. Comment ne pas apprécier un homme qui m’a sauvée du naufrage ? Je l’ai aimé de toutes mes forces et cet amour était réciproque. Nous nous sommes mariés. Je ne me sens coupable de rien encore moins de « voleuse de maris ». L’épouse qui ressent ce genre de sentiment ne peut être qu’ignorante. L’époux n’est pas un gosse qui se laisse kidnapper dans la rue ou encore si naïf pour se laisser manipuler. Il peut très bien décider et suivre le modèle de vie qui lui convient. Bien évidement, il n’est pas sûr que cette décision convienne à l’épouse. Je suis en train de vivre les meilleurs moments de ma vie avec celui dont l’ex épouse trouvait qu’elle avait passé les pires moments avec lui.

L’épouse a une grande part de responsabilité.

Ahmed 24 ans, étudiant en droit, répond à cette question. « la soi-disant voleuse d’hommes a une manière différente de se comporter que l’épouse n’a pas. L’homme recherche ailleurs tout ce qu’il ne trouve pas chez lui. Ce comportement ne le dérange pas puisque la société se range de son côté. En plus, la loi ne sanctionne ni un divorce ni un remariage. La problématique est, comment un homme peut sacrifier son foyer au profit de son bien être ?  L’impact de l’attrait est encore plus important si la rivale est très belle et qu’elle utilise tous les moyens pour atteindre ses buts lorsqu’elle se braque sur un homme. Il n’est pas toujours vrai qu’elle soit responsable de tous les maux. L’épouse a une grande part de responsabilité si elle délaisse son mari au profit de détails ennuyeux.

Si Ahmed culpabilise l’épouse, Mohsen son camarade, décrit l’homme qui se laisse envoûter par une charmeuse comme un être faible et complexé ne maitrisant pas ses pulsions.

Zouhir 52 ans, universitaire, confie qu’il a été lui-même envoûté par une femme alors qu’il était à peine marié. « J’étais très jeune, je me suis probablement marié trop vite. J’ai été très vite séduit par une autre femme. J’en étais tombé follement amoureux à tel point que je ne pouvais plus vivre avec ma propre femme. J’ai préféré divorcer plutôt que de continuer à vivre dans le mensonge. Cela fait aujourd’hui plus de 20 ans que la stabilité de mon couple se consolide. Il est à préciser que ma seconde épouse n’a jamais été une voleuse de maris puisque je ne me suis pas marié avec celle que j’ai connue juste après mon premier mariage. Aujourd’hui, je n’ai pas du tout envie de changer de vie. Je suis heureux de voir grandir mes deux enfants. De quoi me plaindrais-je ? ».

Amour ou illusion ?

Faouzi 58 ans, commerçant, affirme en précisant qu’il n’a jamais été exposé à un « kidnaping » parce qu’il n’aime pas jouer avec le feu. Il prétend que cette histoire de « vol de maris », n’est qu’un plaisir éphémère. Il compare ceux qui se laissent faire, à des somnambules derrière toutes les femmes. « la rivale n’est qu’une vulgaire égoïste qui ne pense qu’à ses propres intérêts. C’est à l’homme d’en être conscient pour ne pas perdre sa crédibilité morale et sociale. La rivale sait comment utiliser ses atouts et utiliser ses armes au moment voulu. Dans sa tête, tous les hommes sont faibles et qu’en fin de parcours, elle criera victoire. Il arrive que l’homme malgré la différence d’âge, soit réellement amoureux, souvent d’une femme beaucoup plus jeune. Pourtant, c’est son narcissisme qui en est flatté.

L’homme en prouvant sa virilité, se concilie avec lui-même. Ce n’est pas de quelqu’un de particulier qu’il est amoureux mais de la jeunesse qui le met sur un piédestal. Sa capacité de séduire lui a rendu le désir de vivre. Malheureusement, dès que la relation est vécue au grand jour, la liaison est souvent décevante. Le rythme de vie de la jeune partenaire ne convient pas. Parmi les amis de la conquête, l’homme dans la force de l’âge, se sent « vieux ». Il ne retrouve avec eux, aucune de ses valeurs. Il regrette alors, le confort affectif de son épouse. Il lui confiera un jour son désappointement et redécouvrira avec étonnement leur communauté de pensée ».

L’homme est de nature polygame 

Mehdi 49 ans, directeur dans une société de service, nous narre le vécu rare et insolite d’une femme qui a accepté de vivre cachée avec un homme marié. « L’homme est polygame de nature. Souvent, un homme ne peut se suffire à une seule femme et unique femme. L’Islam l’a compris et autorise la polygamie, bien évidemment dans la légitimité. Cependant, nombreux sont les hommes qui ne résistent pas à la séduction d’une femme qui cherche à se faire entretenir ou à se « caser ». Il existe des hommes qui acceptent une double vie faute de ne pouvoir ou ne vouloir chercher à se séparer de l’épouse qui est avant tout, la mère de ses enfants et lui doit « le respect ».

Je connais une jeune femme qui a accepté de vivre avec un homme marié avec deux enfants. Pourtant, elle ne cherche même pas à ce qu’il divorce. Au contraire, elle l’aide à mettre de l’ordre dans sa vie. Ils voyagent ensemble et choisissent même les cadeaux pour l’épouse et les enfants. Cette relation dure depuis une dizaine d’années et la soi-disant « voleuse de mari » a confié que le jour où l’épouse s’apercevra de cette relation, elle ne demandera rien d’autre que de rompre pour toujours. Elle ne pensera jamais à détruire un ménage et ce, tout en trouvant son compte. Elle sera toujours présente dans la vie de l’époux tant que cette relation n’est pas révélée. C’est en quelque sorte grâce à cette « voleuse de mari », que le mari aime et tient à sa femme légitime. ».

J.L

les commentaires

comments

Les plus populaires