Culture

Les jeunes des zones marginalisées font leur cinéma

Depuis sa fondation en 2012, l’association l’Art Vivant estime que chaque citoyen a droit à la culture et à l’art. À travers les différents projets, elle cherche à rendre la pratique culturelle accessible auprès des enfants et des jeunes vivant dans les zones marginalisées de la Tunisie. L’objectif étant de leur permettre d’exprimer leurs préoccupations et de traduire leurs opinions dans un cadre propice au développement personnel et collectif.

L’association l’Art vivant de Tunisie vient d’annoncer sa collaboration avec la Fondation de l’Art et de la vie d’Egypte avec la mise en place de la première édition du projet culturel « Parlons cinéma » à Beni Mtir et Alexandrie où les enfants parlent cinéma…

Ce projet est soutenu par Arab Fund for Arts and Culture dans le cadre de la subvention de soutien régional

Le début des ateliers débutera avec les jeunes de Fernana sous le thème Parlons cinéma.

L’amour et la guerre. Les ateliers se dérouleront tout au long de deux années à Beni Mtir et les petits villages voisins et ce, en simultané avec le partenaire de la Fondation de l’Art de la vie d’Égypte. Ce dernier opère depuis des années avec des enfants et des jeunes de la ville d’Alexandrie résidant dans des institutions et des refuges.

Les ateliers cinématographiques se dérouleront dans les deux pays et ont pour but de former et d’encadrer ces enfants dans les différents métiers du cinéma à travers des ateliers théoriques et pratiques qui vont aboutir à la réalisation des courts métrages afin de leur permettre de s’exprimer et d’agir à travers l’Art. Les productions seront présentées en Tunisie dans le cadre d’un festival international qui se déroulera en mai 2022.

les commentaires

comments

Les plus populaires