Economie

Les chaussures Noël ferment, 84 salariés licenciés en France, 700 en Tunisie

Le tribunal de commerce de Rennes a prononcé l’arrêt de la poursuite d’activité du fabricant de chaussures pour enfants Noël, entraînant le licenciement de ses 84 salariés français et de 700 ouvriers en Tunisie.

À la sortie de l’audience, le patron de la marque était effondré. C’est la fin de l’entreprise Noël, la fin de l’histoire. Je me suis battu jusqu’au bout pour trouver une solution, a témoigné Patrick Noël à France 3 Bretagne.

La marque a connu son heure de gloire dans les années 70. À l’époque, elle était juste derrière Adidas. Puis, la perte de contrats avec la police et l’armée avaient commencé à dégrader son activité. Le groupe s’était recentré sur la chaussure pour enfant mais la concurrence des chaussures de sport et des changements de mode de consommation n’ont pas permis à l’entreprise de rebondir.

Le chiffre d’affaires du groupe était devenu insuffisant, 18 millions d’euros lors du dernier exercice clos en avril 2019 alors qu’il était de 105 millions d’euros en 2007. Le tribunal a rejeté les huit offres de reprise. Une soixantaine de personnes étaient employées dans l’usine d’Ille-et-Vilaine.

700 personnes travaillaient également en Tunisie dans différentes usines. Ces sites pourront être cédés à des repreneurs mais sans aucune garantie pour les salariés.

les commentaires

comments

Les plus populaires