Billet d'humeur

Insaf et Thouraya, destin tragique de deux sœurs inséparables

En fin de compte ne restent avec toi que ceux qui t’aiment, le reste, comme le dit la météo, sont des nuages passagers. Ainsi écrivait dans un dernier statut l’une des sœurs victime des flots dans la région de Nabeul. Mais hélas que cette fois-ci, les nuages étaient noirs, très noirs persistants et menaçants qui ont eu raison des deux sœurs.

Elles s’appelaient Insaf et Thouraya Gmati, parties trop vite. Ô mon Dieu faites que la douleur meure mais qu’elle ne dorme pas, écrivait encore Insaf un peu plus loin sur son compte facebook. Les deux sœurs aimaient la vie et ne se quittaient jamais, elles partageaient tout dans une complicité sans failles ! Insaf semblait heureuse et la seule chose qu’elle regrettait était de ne pas avoir eu de frère. Mais l’amour qu’elle n’a pas eu pour ce frère rêvé, elle le projetait sur sa sœur qu’elle chérissait tant.

On les voyait toujours ensemble partout, en ville et à la campagne. Elles représentaient les Tunisiennes typiques avec leurs différences, mais se respectaient l’une et l’autre. Elles étaient coquettes comme les filles de leur âge, en rêvant au prince charmant. Elles avaient décidé la veille d’aller faire des emplettes tout en se promenant comme à l’accoutumée. Elles avaient promis à leurs parents qu’elles n’allaient pas trop tarder ce jour-là. Le destin en a voulu autrement lorsque le ciel changea de couleur pour s’habiller de noir dans un déluge soudain. Les deux sœurs précipitèrent le pas pour rebrousser chemin. Elles commencèrent à courir alors que les eaux avaient déjà submergé les lieux comme un lac bouillonnant.

L’eau leur arrivait déjà à la taille… N’étant pas rentrées, les parents des deux jeunes filles ont commencé à s’inquiéter et sont partis à leur recherche. Consciente du péril dans lequel se trouvait Insaf, Thouraya la plus jeune a joué sans doute le tout pour le tout pour ne pas être l’unique rescapée d’un drame inévitable. Leurs visages se sont fermés, leurs regards se sont croisés une dernière fois puis, perdus dans les eaux furieuses et boueuses. Elles se sont tenues par la main comme au temps où elles étaient heureuses et insouciantes quand elles se promenaient au beau milieu des prairies.

Le papa et la maman, devant le déluge, se faisait un sang d’encre, en pensant à leurs filles. Le temps passait : 16h, 17h, 18h, 19h, 20h… pas de signes de vie des deux sœurs. Et puis la terrible nouvelle tomba comme un couperet, Insaf et Thouraya ont été retrouvées sans vie. Elles avaient rendu l’âme ensemble comme si il fallait qu’elles continuent à tout partager sans se séparer. La faucheuse les attendait à Bir Bouregba, sur le pont Ben Ouael. Meurtris doublement, les parents, impuissants devant tant de cruauté, ont constaté le terrible drame qui continue de plonger tout le Cap Bon dans la douleur.

Deux destins funestes qui résument la tragédie de toute une ville, de tout un pays. Combien j’aurais aimé que la vie soit écrite au crayon pour que je puisse effacer tout le passé, écrivait Insaf dans un dernier statut. Insaf et Thouraya Gmati avaient 26 et 19 ans. Deux symphonies inachevées…

les commentaires

comments

Les plus populaires

En Bref est un magazine qui facilite l'accès à l'information. Monde, national, hi-tech, économie, sports, buzz : En Bref est l'outil adéquat pour que rien ne vous échappe de l'actualité.

En Bref vous fait gagner du temps en passant au crible toutes les news crédibles pour en garder les plus pertinentes. En Bref est décliné en versions web et mobile (Android).

En Bref, l'info autrement.

Nous contacter : enbref.tn1@gmail.com

Copyright © 2015-2017 EnBref. Powered by ThrustWork.