Sport

Hakan Sükür, de la gloire à un chauffeur Uber

Hakan Sükür est considéré comme l’un des plus grands joueurs de l’histoire du football turc. Le formidable buteur de ​Galatasaray a marqué de son empreinte les années 90 et le début des années 2000.

Auteur de 330 buts en 713 matchs, l’attaquant turc vit désormais aux Etats-Unis, contraint de quitter son pays après avoir été accusé d’être complice du coup d’état contre Erdogan en 2016. Le taureau du Bosphore est le meilleur buteur de l’histoire de la sélection nationale turque, ayant inscrit 51 buts en 112 sélections.

Et pourtant, Hakan Sukur est aujourd’hui persona non grata dans son pays. En cause, son opposition avec le président Recep Tayyip Erdogan, qui lui a tout pris : « Mon droit à la liberté, le droit de m’expliquer, de m’exprimer, le droit au travail. » Hakan Sukur raconte ses déboires dans le Welt am Sontag allemand.

Mais ce sont ses proches, restés au pays, qui ont continué à souffrir. Notamment son père, emprisonné, puis libéré parce qu’il est atteint cancer, mais toujours assigné à résidence.

Privé de ressources financières (il ne peut pas louer ses appartements en Turquie, ses éventuels locataires craignant des représailles), Hakan Sukur est désormais chauffeur Uber à Washington. Il vend aussi des livres. Auparavant, il tenait un café.

En Turquie, Hakan Sukur fait désormais l’objet d’un mandat d’arrêt. Il a même été exclu de son club de Galatasaray, qui lui a retiré sa carte d’adhérent en 2017. La raison ? Il est accusé d’avoir participé à la tentative de coup d’État contre Erdogan en 2016, qui aurait été fomenté par le prédicateur islamique Fethullah Gülen.

Hakan Sukur assure qu’il n’est pas un soutien de Gülen. Fin 2013, Recep Tayyip Erdoğan, conscient du poids que représente le Gülen, s’est retourné contre la confrérie. Mais Sukur affirme qu’il n’a rien à se reprocher. Je suis un ennemi du gouvernement, pas de l’État ni de la nation turque, dit-il.

En Californie, Hakan Sukur a du travailler pour s’intégrer après avoir perdu tous ses avoirs en Turquie. Il est sous la protection du FBI car il critique toujours la tyrannie instaurée par Erdogan. Désormais, il est chauffeur Uber du côté de Washington, une drôle de trajectoire pour l’homme de 48 ans.

les commentaires

comments

Les plus populaires