Hi-tech

Google aurait atteint la suprématie quantique

Alors que la plupart des géants du numérique travaillent d’arrache-pied afin d’imaginer le futur de l’informatique, la firme de Mountain View affirme avoir atteint une étape cruciale dans ce domaine : la suprématie quantique. Ce terme indique une étape importante en informatique qui signifie que l’ordinateur quantique dépasserait de loin la puissance d’un ordinateur traditionnel.

Plus précisément, la suprématie quantique peut être obtenue dès lors que le taux d’erreur est suffisamment bas à partir d’ordinateurs quantiques d’au moins 50 qubits, et d’arriver à un cas de figure où le quantique devient la seule solution valable pour effectuer une action, a contrario d’un ordinateur classique.

Cette suprématie quantique, elle aurait été atteinte par Google dont les chercheurs sont parvenus à faire effectuer un calcul bien spécifique à un ordinateur quantique en seulement 3 minutes et 20 secondes, quand il faudrait près de 10 000 ans au plus puissant supercalculateur au monde, le Summit d’IBM, pour y arriver.

C’est donc la preuve concrète d’une puissance considérablement supérieure, et surtout, cette expérience représente le premier calcul ne pouvant être exclusivement réalisé qu’avec un processeur quantique, rapporte les chercheurs de la firme, comme repéré par le Financial Times.

Réussir en informatique quantique ce qui est impossible en informatique classique, c’est la définition même de la « suprématie quantique », formulée par le physicien John Preskill en 2012. Un graal que des scientifiques de tous les pays essayaient d’atteindre depuis plusieurs années.

Google a confié son projet d’informatique quantique à John Martinis, physicien expérimental de l’Université de Californie à Santa Barbara. Son objectif était d’atteindre la suprématie quantique dès 2017. Après un premier système reliant 72 qubits, l’équipe de John Martinis s’est finalement rabattu sur une conception plus simple de 53 bits. 

les commentaires

comments

Les plus populaires