Santé

Fériel Berraies Guigny : nous devons mettre l’humain et la planète au cœur de nos préoccupations

Notre consœur Fériel Berraies Guigny habite aujourd’hui dans le département le plus touché par le Covid-19 en France (Ile de France). Elle a accepté de nous donner une interview sur l’aspect psychosocial du confinement en ces temps de pandémie.

Elle travaille en téléconsultation depuis la France pour accompagner la gestion du stress, du confinement et le télétravail avec de grandes multinationales. 

En cette période de crise sanitaire mondiale, comment vous appréhendez la situation?

Il est clair que nous vivons une crise sans précédent, et que face à cette situation inédite, il est à craindre que nos populations africaines ne soient pas vraiment prêtes. Quand on voit ce qui se passe en occident et en France notamment où je vis, je crains le pire pour mon Maghreb et mon Afrique subsaharienne bien aimés (j’ai vécu dix ans en Afrique de l’Ouest du temps où mon papa était ambassadeur à Dakar). Ni les mentalités, ni les moyens  ni les réalités sociales de ces régions ne se prêtent à l’isolement et au confinement, pour certains ne pas bosser c’est mourir! 

Pourtant il le faut, car nous n’avons pas pour l’instant même en Occident  une stratégie qui permet de reprendre le cours de nos vies malmenées déjà bien avant le Covid-19 : crises régionales, guerre en Libye, instabilité politique depuis le printemps arabe, crise sociale et économique, déplacement des populations au Mali, au Niger et au Burkina Faso, des populations nomades comme les Touaregs ne restant pas sur place, tout cela crée l’insécurité chez nous et dans toute l’Afrique.

A cela, la désinformation en Tunisie et le fait que peut être aussi les contrôles ne sont toujours pas aussi strictes pour voir si le citoyen respecte les mesures barrières.

Que pensez vous des méthodes actuelles, certains pays africains se mettent au pas pour le confinement avec des couvre feux ?

Quand on voit le désastre que ce virus a impliqué pour des pays comme l’Afrique du Sud ou le Nigéria qui est le plus peuplé en terme démographique, même si les méthodes sont brutales pour faire prendre conscience aux populations l’imminence du danger qui les guette. On ne sait pas quoi dire et faire, nous sommes pris par un raz-de-marée, et il est clair que la difficulté est de transposer un modèle occidental à l’Afrique.

Mettre des masques, du gel dans les mains et arrêter de travailler c’est bien beau, mais en Afrique et au Maghreb c’est juste une catégorie sociale qui peut faire et faut-il encore trouver ces produits !

Je tiens à saluer toutes les initiatives et la créativité de nos concitoyens comme les ouvrières de l’usine qui se sont confinées pour produire des masques ou les jeunes en technologique qui ne tarissent pas d’idées! 

Quand je vois cela j’ai de l’espoir pour mon pays, mais je vous avoue que j’ai très peur. Ce qui nous arrive remet en cause les fondements de nos certitudes.

Je ne crois pas aux politiques et leurs tergiversations, je crois à la population civile tunisienne, notamment aux femmes et à leur résilience!

En Afrique quelles méthodes alors ?

Les méthodes seront brutales pour imposer le confinement, et vu de  l’extérieur cela va choquer, mais en même temps quand vous voyez par exemple qu’en Tunisie les couches sociales défavorisées se révoltent en disant « on crève de faim, alors crever du coronavirus ça ne change rien », j’ai très mal au cœur… et je compatis. Mais nous, les thérapeutes, devons rester lucides, ce virus n’épargne personne quelle que soit la région du monde. Je pleure notre Afrique, notre humanité en réalité.

Comment bien vivre le confinement, si le confinement est maintenu ? 

Le confinement et l’isolement ne sont pas quelque chose de naturel, c’est une violence psychologique pour tout le monde et particulièrement en Afrique, où la distanciation sociale est un euphémisme et encore moins, le non « embrassade ou toucher ». C’est une violence que de ne pas pouvoir serrer dans ses bras, ses proches, sa famille, les personnes âgées. De ne pas avoir de rapports intimes, encore plus.

Mais l’hécatombe touchera principalement nos aînés et ceux qui sont immunodéprimés et qui ont des maladies chroniques ( diabète, tension, troubles respiratoires, troubles cardiaques, obésité, maladies auto immunes, cancer, etc). Attention à ne pas les approcher, vous pourriez les achever.

Nos aînés en danger  ? 

Oui alerte et danger en Europe. En France, le virus a déjà tué autant dans les EHPAD que l’isolement en lui même, les personnes âgées ne comprennent pas toujours ou en tout cas le vivent douloureusement au point d’en mourir.

Nous vivons une véritable hécatombe, depuis cent ans cela ne nous était pas arrivé, c’est une situation à la Nostradamus. Moi qui vis un drame personnel, je ne pouvais m’imaginer un seul instant vivre une situation où je vis confinée de peur de laisser mes petits jumeaux orphelins.

J’ai accepté de sortir de mon drame personnel car je pense aussi aux enfants d’Afrique, aux enfants du Monde, à tous ceux qui ont perdu et vont encore perdre un proche.

Une troublionne, pourtant une engagée? 

Mon prénom Fériel en perse Pharyel signifie celle qui a la nuque haute, ne courbe jamais l’échine. Elle recherche la justice et la vérité. Je pense que mon rôle est bien là. Moi « l’Afro-maghrébopéeenne », j’ai mon mot à dire. Je suis experte genre pas pour la façade (rires) j’ai toujours été la rebelle de la diplomate, à la criminologue à la chercheure et thérapeute. Je porte ces causes dans les tripes, cela m’a sauvée des plus grands drames de ma vie.

Vous vous réinventez sans cesse?

Avons-nous le choix ? Depuis le Sommet de Beijing, rien n’a changé et pourtant nous portons l’humanité en nos seins, même si on tente de nous museler. Nous sommes bien plus fortes que les hommes, plus créatives, et audacieuses. Quand nous sommes mères, nous sommes des lionnes!

Face à un nouveau monde?

Absolument, il nous faut changer, ceci est une alerte et je pense qu’elle sera la dernière si nous ne tirons pas les bonnes conclusions.

Que faites vous concrètement pour donner de l’espoir?

Comme vous le savez je suis aussi thérapeute en médecine douce, je suis sophrologue certifiée RNCP avec 7 spécialisations (sexualité, périnatalité, enfance, adolescence, personnes âgées, Entreprise et cancer, hypno-thérapeute en formation en naturopathie). J’ai eu l’extrême honneur au travers de mes billets santé pour le Huff post Maghreb d’être citée par le Forum de Davos comme influenceuse et experte par rapport à mon combat pour la prise en charge psychologique des enfants malades du cancer en Afrique et de leurs parents. Je soumettais un modelé existant ici en France.

Avec le Covid-19, j’ai choisi de fermer mon cabinet mais je continue mon combat en faisant du télétravail. Je continue d’écrire gratuitement pour des médias santé de renom, et pour mon propre média ( webzine.unitedfashionforpeace.com ).

Vous voulez alerter aussi quant à certains dangers liés au confinement ?

J’alerte les pays africains et les gouvernants sur les dangers pour les femmes et les enfants liés au confinement. Là ce n’est plus la thérapeute qui répond mais la criminologue et l’experte genre. Je m’inquiète sans exagération de la montée des violences conjugales et intrafamiliales qui ne manqueront pas de monter à cause du confinement. Dans nos régions, la culture est physique et verbale, on en vient vite aux mots et aux coups. Je le dis en toute humilité mais c’est une réalité objective à ne pas occulter!

Quand on se retrouve entassés à dix dans une chambre, que pensez vous qu’il puisse arriver? Idem en Occident. La France détient des records bien tristes de la maltraitance à l’égard des femmes.

En France ce phénomène déjà présent en temps de non confinement va faire exploser les chiffres de la maltraitance envers les femmes et les enfants. C’est une réalité.

Que voulez vous dire aux gouvernants ?

On peut sauver le monde si on revient à la nature et les métiers doivent être revalorisés

Il est temps que big Pharma laisse la place aux thérapeutes des médecines alternatives qui ne volent rien mais complètent la démarche, qui donnent leur temps souvent gratuitement. En Afrique on n’a pas les moyens et aujourdhui plus encore, le fossé social va se creuser encore plus. Toutes les économies du monde vont être à l’agonie!

Il faut, messieurs les Occidentaux, arrêter de faire de l’Afrique le déversoir de vos médicaments frelates et de vos poubelles toxiques. Arrêter surtout de faire des Africains les cobayes de vos vaccins à venir et bravo à Didier Drogba pour sa gueulante en ce sens.

Quelques conseils utiles pour le confinement ?

Aérez votre pièce le matin, aseptisez avec l’eau de javel, lavez-vous les mains toutes les heures. Pas de touchers ni d’embrassades.

Mangez équilibré, faites du sport en chambre, restez zen, mettez de la musique… Ne restez pas scotchés sur les infos, vous allez être déprimés. Riez, chantez, revenez à l’essentiel!

Quelle leçon devons-nous tirer?

Nous devons mettre l’humain et la planète au cœur des préoccupations de ce monde. Si nous survivons à cette pandémie tout doit changer ! Si ce n’est pas le cas, notre humanité ne survivra pas.

Toute ma vie, l’altermondialiste, l’utopiste que je suis s’est battue pour une planète éthique. Une bataille âpre et solitaire que j’ai portée tant d’années au point de développer la maladie de Scheuermann (maladie du squelette), mais j’y crois encore et toujours. Je suis une folle furieuse et j’assume ma folie bienveillante!

les commentaires

comments

Les plus populaires