Santé

Et si vous disiez non aux anxiolytiques en vous soignant naturellement !

Par Fériel Berraies, thérapeute multi casquettes. Sophrologue certifiée RNCP formée à l’IFS Paris, spécialisée dans l’Enfance, l’adolescence, les personnes âgées, le cancer, la sexualité, la périnatalité et l’Entreprise. Elle est également, praticienne en Hypnose Ericksonienne, formée et certifiée par Xtréma Paris. En formation en Naturopathie. Elle est chroniqueuse pour plusieurs médias santé en France et en Tunisie.

80 millions de boîtes d’anxiolytiques sont consommées chaque année par les Français pour traiter les troubles anxieux. La Tunisie n’est pas du tout en marge. Trop de personnes y ont recours, et cela a encore alerté l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) dans son récent rapport à propos des benzodiazépines. Alors que le recours à ces traitements ne devrait pas excéder quelques semaines, les temps d’utilisation sont en moyenne cinq fois supérieurs et s’étalent parfois sur plusieurs années !

En Tunisie, le phénomène est inquiétant et selon le dernier rapport (World Happiness Report 2017), l’OCDE classe les pays en fonction du degré de bonheur de leurs citoyens. La Tunisie se positionne au 102ème rang mondial alors que le voisin algérien occupe la 53ème place et le Maroc, la 84ème. Un phénomène accompagné par un désengagement professionnel aussi flagrant depuis la révolution et une recrudescence des maladies mentales, et des dépressions. En Tunisie, 98% des congés de longue durée dans la fonction publique sont liés à des maladies psychiatriques et font perdre à l’Etat 172 mille journées de travail par an. C’est l’équivalent de 4,6 millions de dinars de pertes par an, selon une enquête d’investigation publiée en janvier 2017, par l’agence TAP.

Tout cela a aussi amené une surconsommation des drogues licites ( anxiolytiques, antidépresseurs) et illicites auprès des adultes mais aussi de notre jeunesse ( drogue à l’école et surconsommation du tabac). Dans les mois qui ont suivi la révolution, le nombre des consultations aurait progressé de 20% à l’hôpital Razi, à la Manouba. Les actes de consultation à cet hôpital, ont atteint 7914 en 2016 et rien que pour les trois mois de 2017, ils sont au nombre de 1914 actes, d’après le Dr Rim GhachemAttia, psychiatre, psychothérapeute et chef de Service au sein de l’hôpital Razi.

En France, l’Agence de santé s’est inquiétée de la forte consommation de ces médicaments chez les personnes âgées, et plus particulièrement les femmes : un tiers des femmes de plus de 65 ans sont sous benzodiazépine anxiolytique. Chez les personnes âgées qui suivent ces traitements, on note plus de risques de chute et de perte de mémoire, voire de démence.

Restez pharmaco vigilants !

Dans 82% des cas, c’est le médecin généraliste qui initie le traitement, mais 15% des nouveaux utilisateurs ne vont pas respecter la durée des recommandations, parmi lesquels environ 2% de plus d’un an. Parmi les médicaments les plus utilisés se trouvent l’alprazolam, suivi du zolpidem et du bromozépam. La consommation de clonazéparm, une benzodiazépine anticonvulsivante, est en forte baisse depuis cinq ans suite à la mise en place de mesures réglementaires strictes en France.

Mais qu’en est-il en Tunisie ? Les risques sont connus : somnolence, troubles du comportement, nervosité et surtout, dépendance avec les problèmes de sevrage associés (insomnies, céphalées, anxiété importante, douleurs, tensions…). Soignez votre anxiété par les plantes naturelles en conséquence.

Passiflore, aubépine et valériane, vos anxiolytiques

La passiflore est le Lexomil des plantes et il accompagne les patients anxieux ou angoissés. Découverte par les missionnaires chrétiens en Amérique du Sud, la passiflore (Passifloraincarnata) doit son surnom de « fleur de la Passion » à son cœur en forme de croix, entouré par douze pétales, selon la légende (dans les faits, le nombre de pétales semble assez aléatoire). Aujourd’hui, c’est la plante-phare des états nerveux et anxieux et elle est reconnue pour cet usage par l’OMS (Organisation mondiale de la santé) sans effet secondaire notoire, même si, par prudence, comme pour de nombreuses plantes, elle est déconseillée aux moins de douze ans et aux femmes enceintes.

La passiflore peut être prise 20 jours par mois, mais attention aux effets secondaires possibles, au niveau du foie notamment. Faire des pauses une quinzaine de jours et être suivi médicalement. Pour les personnes sous anxiolytiques, la passiflore est une aide appréciable pour réduire puis arrêter la consommation de benzodiazépines. Elle est souvent accompagnée par la ballote fétide (Ballota nigra), aux propriétés assez proches (les quantités proposées sont alors généralement de 2 gélules par jour). Bien souvent, le sevrage prendra de un à plusieurs mois et se fera toujours sous suivi médical. Bien accompagnées, 100 % des personnes peuvent réussir ce sevrage !

En Association, Aubépine et Valériane

L’aubépine (Crataegus monogyna) et la valériane (Valerianaofficinalis) sont également souvent proposées en association avec la passiflore. L’aubépine est plus spécifique des palpitations de stress et des anxiétés nocturnes avec insomnie ; la valériane complète son action sur les troubles du sommeil et s’avère aussi utile pour l’anxiété des fumeurs ou lors de l’arrêt du tabac. L’aubépine peut très rarement avoir un effet paradoxal chez certaines personnes et provoquer au contraire des palpitations et des insomnies.

Accompagnez les enfants

En cas d’anxiété se traduisant par des insomnies ou une sensibilité intestinale, les enfants pourront prendre sans danger du coquelicot (Papaver rhoeas) à raison d’une demi-gélule de nébulisat matin et soir diluée dans une compote, par exemple, voire en tisane le soir.

Soignez votre hygiène de vie

Alimentation saine, exercice physique, respect des besoins de sommeil et des rythmes, vie sociale, utilisation raisonnable des nouvelles technologies… pour minimiser angoisse et anxiété (De même, le recours aux thérapies comportementales et cognitives (TCC) auprès d’un thérapeute ( Sophrologie, Hypnose) avec des thérapeutes confirmés et certifiée RNCP , permet de mieux comprendre ses émotions, comportements et de faire ainsi baisser la pression.

les commentaires

comments

Les plus populaires

En Bref est un magazine qui facilite l'accès à l'information. Monde, national, hi-tech, économie, sports, buzz : En Bref est l'outil adéquat pour que rien ne vous échappe de l'actualité.

En Bref vous fait gagner du temps en passant au crible toutes les news crédibles pour en garder les plus pertinentes. En Bref est décliné en versions web et mobile (Android).

En Bref, l'info autrement.

Nous contacter : enbref.tn1@gmail.com

Copyright © 2015-2017 EnBref. Powered by ThrustWork.