Santé

En Californie, les ambulanciers ne sont plus autorisés à transporter les patients avec peu de chances de survie

La Californie paie un tribut extrêmement lourd au Covid-19. Depuis le début de la pandémie, l’État le plus peuplé des États-Unis avec un peu plus de 39,5 millions d’habitants compte 2,5 millions de cas pour près de 27.000 morts.

Logiquement, ces chiffres en constante hausse mettent sous tension le système hospitalier, en particulier dans le Sud de la région. A tel point que selon CNN, l’Agence des services médicaux d’urgence du comté de Los Angeles (EMS) a recommandé aux ambulanciers de la région de ne pas transporter à l’hôpital les patients n’ayant que très peu de chances de survie.

Selon le média américain, cette décision a été prise en fonction de différents critères, et notamment le fait que les capacités d’accueil en soins intensifs dans le Sud de la Californie sont nulles en ce début janvier. Un problème de place criant, qui pousse les établissements à refuser de plus en plus de patients, qui quant à eux affluent sans discontinuer.

Par ailleurs, l’État est également en proie à une pénurie d’oxygène, en particulier à Los Angeles et dans la vallée voisine de San Joaquin. A ce jour, les autorités locales tentent toujours de résoudre ce problème.

Dans le détail de ces macabres recommandations, l’EMS préconise aux ambulanciers de ne pas transporter un malade dont le coeur s’est arrêté malgré les efforts de réanimation.

En outre, en cas d’absence de pouls, les ambulanciers devront effectuer une réanimation durant 20 minutes. Passé ce délai, si le patient est stabilisé, alors il est transporté à l’hôpital. A l’inverse, s’il est mort ou déclaré sans aucun pouls, alors le patient ne sera plus pris en charge.

Avec agences

les commentaires

comments

Les plus populaires