Culture

Démarrage des travaux de restauration du Colisée d’El Jem

Le projet tuniso-américain de restauration du Colisée d’El Jem a démarré mercredi 6 novembre moyennant une contribution américaine de 430 000 dollars.

Cette enveloppe est allouée par le Fonds des ambassadeurs pour la préservation culturelle (AFCP), initié par l’ambassade des Etats-Unis d’Amériques, afin de préserver le Colisée d’El Jem, site inscrit depuis 1979 sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

Outre ce budget alloué par le Fonds américain qui sera étalé sur la période 2020-2024, le ministère des Affaires culturelles attribue une aide de 1 million de dinars.

Le Colisée d’El Jem dans son état actuel ne peut désormais continuer à accueillir les quelques 500 mille visiteurs par an, a estimé le ministre de la Culture. Il espère voir la restauration de ce monument datant de l’époque romaine, faire du Colisée une destination privilégiée à travers une action promotionnelle et selon un programme annuel prédéfini.

A cet effet, il a mentionné la haute attraction du Colisée de Rome qui atteint la barre annuelle de 8 millions de touristes. Après celui de Rome, le Colisée d’El-Jem, appelé aussi petit Colisée, est le second plus grand amphithéâtre, héritage de l’Empire romain et il est aussi le mieux conservé en Afrique du Nord.

Hajer Krimi, directrice du musée d’El-Jem, a expliqué que la gestion du budget sera répartie entre la restauration des parties endommagées, comme l’arène et certains étages de l’édifice romain. Elle a aussi cité le réaménagement des canaux de diversion des eaux pluviales dont l’accumulation menacerait la sécurité des lieux. Selon elle, le Colisée sera aussi doté d’un espace de spectacle rénové.

En cette année qui coïncide avec les 40 ans de l’inscription du Colisée d’El-Jem sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, la plus grosse part du financement accordé par le fonds américain est revenue au Colisée, a fait savoir la responsable du site.

Il est à rappeler que Hajer Krimi supervisait le groupe d’experts de l’Institut national du patrimoine (INP) ayant préparé le dossier de la Tunisie auprès du Fonds américain, retenu parmi une liste de plus de 40 dossiers.

Ce projet de restauration s’inscrit dans le cadre de la catégorie “Sites Culturels” du programme administré par le Centre du Patrimoine culturel du Bureau des Affaires éducatives et Culturelles du Département d’Etat américain. Cette catégorie comprend la restauration d’un ancien édifice ou d’un bâtiment historique, la préservation d’un site archéologique, ou la documentation de sites culturels dans une région à des fins de préservation.

TAP


les commentaires

comments

Les plus populaires