Santé

Coronavirus : asymptomatique, Super spreader, Cluster…les mots nouveaux de la pandémie

Cluster, quatorzaine, gestes barrières : le coronavirus se répand dans le monde en même temps qu’une poignée de mots neufs.

Revue du lexique nouveau de la pandémie, souvent tiré du vocabulaire médical :

Covid-19

L’épidémie en cours a démarré à la fin 2019 dans la métropole chinoise de Wuhan (centre). Elle est causée par un nouveau virus de la famille des coronavirus. La maladie qu’elle cause chez l’homme a été baptisée Covid-19 pour « coronavirus disease 2019 » par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Pandémie

Une épidémie désigne un grand nombre de cas d’une maladie, généralement infectieuse, dans une région donnée. Le terme pandémie correspond, lui, à la diffusion d’une maladie à l’échelle mondiale, sur au moins deux continents. L’OMS qualifie l’épidémie de Covid-19 de pandémie depuis le 11 mars.

Cluster

Cet anglicisme signifie à l’origine « grappe » ou « groupe » en anglais. Dans le domaine médical, un cluster désigne plusieurs cas de personnes atteints d’une même maladie et groupés autour d’un lieu précis. Dans le cas d’une épidémie, un cluster s’apparente à un foyer de contamination.

Asymptomatique

Une personne atteinte par le Covid-19 exprime des symptômes qui sont classiquement fièvre, toux sèche puis éventuellement difficultés respiratoires. Mais un sujet peut être infecté et demeurer asymptomatique, à savoir qu’il n’exprime aucun symptôme.

Le risque de contracter le Covid-19 au contact d’une personne asymptomatique est très faible, juge l’OMS, car la maladie se propage surtout par les gouttelettes respiratoires d’un malade qui tousse. Mais il reste possible d’attraper la maladie au contact d’une personne qui n’a qu’une toux légère et qui ne se sent pas malade.

Super spreader

Anglicisme qu’on peut traduire par « super contaminateur » ou « super propagateur ». Ce terme désigne un malade qui contamine un grand nombre d’autres personnes.

En l’absence de mesures de contrôle (isolement, protection, etc.), on estime qu’un malade atteint de Covid-19 contamine en moyenne deux à trois autres personnes. La notion de « super spreader » est relativement ancienne (aux origines de l’épidémie de sida aux Etats-Unis des « super spreaders ») et discutée d’un point de vue médical.

Il est possible qu’il existe ce qu’on appelle des « super contaminateurs » reconnaît le Pr Eric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris). Le problème, c’est qu’on n’arrive pas à les repérer.

Quatorzaine

Néologisme calqué sur le mot « quarantaine » qui désigne à l’origine l’isolement pendant 40 jours de personnes suspectées d’être porteuses de la peste.

Pour le Covid-19 la période d’incubation, à savoir le temps qui sépare l’infection de l’apparition des symptômes, est estimée entre un et 14 jours par l’OMS. Ceci a conduit à fixer à 14 jours la période d’isolement pour les cas suspects.

L’OMS a cependant indiqué lundi que des personnes infectées pouvaient continuer à être contagieuses après avoir cessé de se sentir malades et recommande désormais que les mesures d’isolation continuent à être observées au moins deux semaines après la disparition des symptômes.

Gestes barrières

Ce terme désigne les gestes que chaque individu peut ou est invité à adopter pour réduire les risques de contamination pour soi et son entourage.

Se laver régulièrement les mains, tousser/éternuer dans son coude, utiliser un mouchoir à usage unique sont trois gestes barrières classiquement préconisés pour tenter de faire barrière au Covid-19.

Distanciation sociale

Outre les gestes barrières, la population est invitée à la distanciation sociale, à savoir rester à distance d’autrui pour diminuer les risques de contagion.

Les autorités préconisent de saluer sans se serrer la main, de ne pas s’embrasser, de se tenir à distance d’au moins un mètre les uns des autres, et de manière générale d’éviter tout lieu de rassemblement.

les commentaires

comments

Les plus populaires