Santé

Coronavirus : arrêtons avec cette hystérie

Par Star Wolf, interne en médecine

Je vois énormément de conneries passer sur le Coronavirus et c’est dommage. Tout est en train de se transformer en une espèce d’hystérie généralisée. Remettons un peu d’ordre sur ce qu’est un coronavirus.

Un coronavirus, c’est une entité d’une grande famille de virus qui cause des infections respiratoires comme un banal rhume. La quasi-totalité des humains finissent par en rencontrer un tôt ou tard dans leur vie.

Parfois, les infections sont un peu plus coriaces : bronchites, pneumonies… Ces virus sont fréquents chez les animaux mais seulement une poignée sont connus pour infecter l’être humain. Et des fois, certains virus mutent et deviennent transmissibles de l’animal à l’humain.

C’est ce qu’il s’est passé avec le MERS-CoV et le SARS-Cov, 2 autres coronavirus responsables d’épidémie un peu plus cognées qui ont eu lieu en 2012 et en 2002. On y reviendra plus tard. Pour le moment, il y aurait 26 décès pour 830 cas (3%).

Mais d’ou vient-il ce virus ? Eh bien figurez-vous qu’il a été séquencé et comparé avec 200 coronavirus qui infectent divers animaux dans le monde. Le résultat paru dans le « Journal of médical virology » suggère qu’il proviendrait du serpent !

Les scientifiques ont remarqué que 2 serpents sont présents à l’endroit ou l’épidémie a débuté. Le Bungarus multicinctus et le Naja atra : le cobra chinois (c’est comme un cobra africain mais en plus petit).

Mais pourquoi est-ce que le rhume du serpent se transmet d’un coup aux humains ? Toujours selon cette étude, les biologistes ont noté qu’une protéine virale du virus avait changé et se retrouvait subitement compatible avec les récepteurs de certaines cellules hôtes humaines.

Revenons à nos premiers coronavirus d’antan. Le MERS (Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient) s’attrapait en touchant un chameau, en buvant son lait, ou en mangeant sa viande. Les premiers cas sont apparus en 2012 en Arabie-Saoudite. L’épidémie ne s’est pas exporté à l’international. Il y a eu 450 morts pour 1200 contaminés environ (37.5%). Mais relativisons, déjà, la majorité concernait des patients âgés et fragiles.

Le SARS (syndrome respiratoire aigu sévère) lui, provenait de la chauve-souris. Les premiers cas rapportés venaient de Chine en 2002. Il y a eu 9000 cas pour 800 morts environ (8.8%), tous asiatiques et la grande majorité avait plus de 60 ans. Depuis 2004, aucun nouveau cas.

Pour le moment, on ne sait pas grand chose du coronavirus du moment. Si ce n’est qu’il partage les symptômes d’un simple rhume. C’est le contexte de retour d’Asie qui doit vraiment alerter. D’autant plus qu’il n’y a pas vraiment de traitement spécifique.

On parle d’un virus : les antibiotiques ne sont par conséquent d’aucune utilité. On peut essayer de limiter sa transmission mais c’est peine perdue étant donné la facilité de transport dont nous jouissons au 21e Siècle.

Les lockdowns que le gouvernement Chinois met en place n’est bon qu’à semer le chaos et la panique dans la population, ça n’empêchera pas le virus de se propager puisqu’il se balade déjà partout, d’ou les nouveaux cas qui se déclarent dans le monde.

Comment les choses vont-elles évoluer dans ce cas ?

Et bien en comparant ce qui s’est passé avec le MERS et le SARS, il est fort probable que la transmission entre humain continue et que de nouveaux cas soient identifiés dans les jours qui suivent. Éventuellement dans quelques semaines, nous n’en parlerons plus.

Ma petite prédiction personnelle, c’est que le virus emportera quelques vies dans son sillage, mais principalement dans le pays ou il s’est déclaré, comme pour le SARS et le MERS (à savoir la Chine et l’Arabie Saoudite).

les commentaires

comments

Les plus populaires