Economie

Comment vont évoluer les prix du pétrole ?

Parfois, il est facile d’oublier à quel point les vies humaines sont devenues interconnectées à travers le monde. Peut-être que nous ne parlons plus autant de la mondialisation que nous le faisions dans les années 90 parce que ce n’est plus une question à débattre ou à protester, c’est simplement la réalité qui nous entoure. Et il n’y a aucune preuve plus saillante de cela que le Coronavirus.

Malgré le fait que le virus n’a pas encore touché les nations africaines de façon aussi sérieusement que d’autres régions du monde, un fait que l’Organisation mondiale de la santé n’est toujours pas en mesure d’expliquer, les prévisions ont déjà indiqué que, juste en réduisant la demande d’exportations africaines, le virus devrait effacer au moins 4 milliards USD de revenus de l’économie du continent.

La plupart de cela est simplement dû au fait que la Chine en particulier, et l’Asie et l’Europe en général, réduisent considérablement la consommation de pétrole et de gaz alors que les transports et les activités économiques s’arrêtent à la lumière de l’épidémie qui a déjà contraint plusieurs dizaines de millions de personnes en quarantaine.

La semaine dernière, des informations ont indiqué que les traders en Afrique n’ont pas été en mesure de trouver des acheteurs pour cinquante-cinq cargaisons de pétrole nigérian alors que la demande mondiale s’effondrait. Vendredi matin dernier, le virus avait effacé l’équivalent de 5 000 milliards de dollars de valeur des marchés boursiers mondiaux. C’est deux fois et demie le PIB de tout le continent africain.

Et tout cela avant la réunion de vendredi de l’Opep+ à Vienne. N’était-ce pas surprenant ?

Peu d’observateurs auraient pu s’attendre à ce résultat. Après tout, depuis trois ans et demi, le monde, et l’industrie pétrolière en particulier, ont appris à faire confiance à l’alliance des pays de l’Opep avec la Russie et d’autres producteurs de pétrole pour travailler ensemble pour stabiliser les marchés et garantir un prix durable pour le baril de brut.

Grâce à leur décision de réduire la production de pétrole pour répondre à une demande réduite et d’équilibrer l’effet du jeu de schiste américain, tous ensemble, ils gardaient 1,7 million de barils de pétrole par jour à l’écart du marché, une décision historique de coopération comme nous ne l’avions jamais fait vu dans l’histoire. Peut-être aussi à cause de sa nouveauté, de sa largeur et parce qu’elle dépendait de la volonté et de la coopération d’un si grand nombre, elle a également été victime de l’infestation provoquée par ce virus.

Le consortium de nations dirigé par l’Arabie saoudite proposait une nouvelle réduction combinée de 1,5 million de barils par jour pour continuer à répondre à la baisse de la demande mondiale. Le groupe dirigé par la Russie n’allait pas dépasser 600 000 barils. La conclusion… pas de nouvelles coupes du tout et pas de renouvellement des coupes précédentes. L’alliance Opep+ qui a sauvé l’industrie de l’effondrement en 2016 est, pour le moment du moins, terminée. Tous les paris sont levés. Fin avril, lorsque l’accord actuel prendra fin, toutes les restrictions seront levées et le monde se prépare à une inondation pétrolière.

Les marchés en ont déjà tenu compte, le Brent et le WTI enregistrant leur plus gros crash quotidien depuis le début de la première guerre du Golfe. Alors que le pétrole semble avoir légèrement rebondi aujourd’hui, il faudra du temps pour compenser le crash de 25% de lundi. Autrement dit, si la reprise est nulle part en vue, puisque l’Arabie saoudite a annoncé qu’elle augmentait sa production et vendait son pétrole à un prix pouvant aller jusqu’à 8 USD le baril, sur un baril à un peu plus de 30 USD.

En toute honnêteté, la situation semble sombre. Si l’Arabie saoudite et la Russie continuent de faire la guerre des prix, un baril de 20 USD est possible, et même probable.

Certes, les choses pourraient empirer avant de s’améliorer, alors que le monde se bat contre ce virus à propagation rapide. Et sûrement, certains pays africains tributaires du pétrole souffriront d’une baisse des revenus. Le budget de l’État angolais, par exemple, a été conçu pour un prix du pétrole de 55 USD et non 35 USD.

Bien qu’il soit difficile de prédire l’avenir, il y a quelques déductions et inductions que nous pouvons essayer de faire avec une certaine certitude.

Premièrement, ni la Russie ni l’Arabie saoudite ne veulent un prix du pétrole bas et il y a une limite à la durée pendant laquelle elles sont prêts à le maintenir. Personne n’en profite et si quelqu’un a la capacité et les fonds pour la soutenir pendant une plus longue période, c’est l’Arabie saoudite. Donc, ce n’est pas vraiment une guerre des prix, car ce ne peut pas être vraiment une guerre si on en connait déjà le gagnant. Déjà, la Russie a suggéré qu’elle pourrait être ouverte à négocier des réductions coordonnées au sein de l’Opep+ lors de la prochaine réunion du groupe en mai / juin.

Ce qui semble probable, c’est que les premiers à en souffrir seront les producteurs américains de schiste. Ce secteur avait déjà du mal à se financer ces dernières années mais continuait de déséquilibrer le marché avec ses temps de réponse rapides aux fluctuations de prix. Ces producteurs sont fortement endettés, et il est probable que la plupart vont faire faillite dans la situation actuelle. C’est quelque chose que la Russie et l’Arabie saoudite ont tenté de faire en 2015/2016. Bien qu’elles n’aient pas réussi à l’époque, elles pourraient avoir de meilleures chances maintenant.

De plus, dans trois mois, lors de la prochaine réunion de l’Opep+, la situation virale pourrait également être très différente. Cette semaine, le président Xi Jinping s’est rendu à Wuhan, l’épicentre de l’épidémie, pour la première fois depuis son début, dans une démonstration claire d’une réponse forte à une situation en évolution rapide qui semble se stabiliser.

La Chine elle-même est une économie extrêmement endettée et ne peut pas se permettre de ralentir beaucoup plus longtemps. On peut s’attendre à ce que la demande dans le pays recommence à augmenter dans un avenir prévisible. Si cela se produit dans un scénario où le secteur américain du schiste n’est plus en mesure de réagir, il se pourrait que le prix grimpe plus haut qu’il ne l’était avant le virus, et que l’Arabie saoudite s’assure une part beaucoup plus importante du marché mondial. Encore une fois, les choses vont empirer avant de s’améliorer, mais elles vont certainement s’améliorer.

Par NJ Ayuk, président de la Chambre africaine de l’énergie

les commentaires

comments

Les plus populaires