National

Clinique Pasteur : droit de réponse

A l’aimable attention de Monsieur le rédacteur en chef

Monsieur,

Vous avez publié un article sur votre journal qui relate des faits inexacts et qui a déjà porté préjudice à La Clinique Pasteur de Tunis dont j’ai l’honneur de diriger la direction médicale. Je me dois, de ce fait, apporter à vos lecteurs les éclaircissements nécessaires, j’espère que vous aurez la courtoisie de les publier sur vos colonnes.

Dans votre article, vous vous êtes basés sur les dires d’une patiente qui n’a pas obtenu les résultats attendus d’une intervention chirurgicale pratiquée dans notre établissement. Bien que l’un de vos journalistes m’ait contacté personnellement ainsi que le chirurgien pour écouter notre version des faits, je suis étonné qu’aucune allusion à ces contacts n’ait été faite dans votre article.

Autant nous pouvons être compatissants avec cette patiente, qui doit certainement vivre une grande déception, autant nous sommes intransigeants devant ces déformations « folkloriques » des faits. Vous nous accusez d’avoir feint de faire une intervention juste pour encaisser de l’argent, en d’autres termes d’escroquerie. Cela est tout simplement grotesque. Si le but de la patiente est de nous soutirer de l’argent (comme elle l’a demandé dans ses courriers), elle aurait dû trouver un autre chef d’accusation un peu plus plausible.

L’intervention s’est déroulée dans les règles de l’art avec un résultat immédiat satisfaisant. Nous vous avons même proposé de vous envoyer des photos et des vidéos mais à condition d’avoir l’accord préalable de la patiente. Accord que nous n’avons toujours pas reçu.

Monsieur, les cliniques privées de Tunisie, en particulier la Clinique Pasteur, reçoivent annuellement des milliers de patients étrangers, surtout européens, ils sont en grande majorité satisfaits des soins qu’ils reçoivent et les innombrables courriers de félicitation et de remerciement que nous recevons en sont témoins, et ce n’est pas le témoignage d’une patiente insatisfaite qui va ébranler notre réputation.

Bien à vous

les commentaires

comments

Les plus populaires