National

Baleine bleue : deux psychologues se confient sur le phénomène en Tunisie

Le « blue whale challenge », ou « défi de la baleine bleue », un jeu dangereux qui commence à prendre de l’ampleur sur les réseaux sociaux. Comme plusieurs autres pays à travers le monde, la Tunisie est touchée de plein fouet par la vague de suicides provoqués par ce jeu morbide dans toutes les régions : Sousse, Monastir, Tunis, Tataouine, Zaghouan…

Depuis le début de l’année, plus de six enfants se sont donné la mort par pendaison et un adolescent de 17 ans s’est retrouvé dans un état comateux. Il a été découvert par sa mère en train de se taillader le bras. La dernière adolescente s’est suicidée le 5 mars 2018 chez elle à Tataouine. Elle a été retrouvée pendue dans sa chambre, sans vie. Une question se pose cependant : pourquoi ce jeu suscite t-il chez les enfants cette attirance ? Ce « jeu », a pour origine une légende selon laquelle le cétacé serait capable de se suicider en s’échouant volontairement sur une plage.

Il comporte cinquante défis et certains semblent à première vue inoffensifs. Les autres, sont beaucoup plus sinistres. Les règles exigeaient de « ne rien dire à personne ». Les pages marquées par le hashtag « baleine bleue » regorgent d’images sinistres, de citations sur l’absurdité de l’existence. Il a été lancé en 2015 par des utilisateurs anonymes sur un réseau social russe qui, avec plus de 410 millions d’utilisateurs enregistrés, est le cinquième site le plus populaire du monde.

Les alertes ont fait un bond dans notre pays, après plusieurs cas. Deux psychologues analysent le phénomène. Les docteurs Melek Hajri et Bouden Asma que nous avons contactés pour en savoir plus sur la question. Comment un enfant peut-il en arriver là ? Ils expliquent que ce « jeu » est morbide et dangereux. Les enfants ou adolescents (surtout) s’adonnant à ce jeu, peuvent être déprimés, ou psychologiquement fragilisés, et de ce fait, être une proie beaucoup plus facile à manipuler, à endoctriner, et à être sous l’emprise des administrateurs.

Certains d’entre eux peuvent avoir été victimes de harcèlement. Ainsi, ils trouvent dans ce jeu une forme de communauté dans laquelle ils arrivent à exister. L’adolescence en soi, est une période de remaniements psychologiques. Elle est propice aux conduites d’essai et d’exploration où l’adolescent cherche à découvrir ses nouvelles potentialités et limites. Il pourrait ainsi expérimenter ce jeu dans le cadre d’un défi, alimenté par la pression des pairs dont le rôle initiateur peut être important.

La précarité sociale peut aussi jouer un rôle, ainsi que le faible niveau d’instruction des parents. Il n’y a cependant pas de règle, et il convient de rester prudent, et de considérer au cas par cas. Notre expérience dans le service de pédopsychiatrie du CHU Razi sur le sujet a consisté à recevoir et prendre en charge des cas sporadiques à ce jour, soit lors de conduites suicidaires ou à l’occasion d’une addiction constatée par les parents et devant laquelle ils n’ont pu rien faire.

Ces parents alertent le délégué à la protection de l’enfance ou consultent directement notre service. Comme pour toute addiction, on constate la rencontre entre un profil psychologique (fragile ou fragilisé par l’adolescence ou un autre facteur d’environnement négatif) et le jeu addictogène. Le caractère sordide de cette application va trouver résonance chez un sujet déprimé ou isolé affectivement. On a observé d’autres répercussions psychologiques chez certains jeunes enfants (non usagers) après la médiatisation ces jours-ci du caractère mortifère de ce jeu, à type de troubles anxieux, de phobies et de troubles du sommeil. La prévention s’avère un pilier essentiel de lutte contre ce fléau. Elle passe essentiellement par les parents qui devraient communiquer davantage avec leurs enfants.»

A ce propos, la justice a déjà pris le devant. Le tribunal de 1ère instance de Sousse a rendu public en référé sur la question. Elle a interdit les jeux vidéo en ligne. « La baleine bleue » et « Mariam ».

les commentaires

comments

Les plus populaires

En Bref est un magazine qui facilite l'accès à l'information. Monde, national, hi-tech, économie, sports, buzz : En Bref est l'outil adéquat pour que rien ne vous échappe de l'actualité.

En Bref vous fait gagner du temps en passant au crible toutes les news crédibles pour en garder les plus pertinentes. En Bref est décliné en versions web et mobile (Android).

En Bref, l'info autrement.

Nous contacter : enbref.tn1@gmail.com

Copyright © 2015-2017 EnBref. Powered by ThrustWork.