National

Ashraf Azzouz rejoint dans l’éternité, sa fille Sophia Baraket

Elle respirait culture, histoire, géographie, photos et ouvrages. Elle était sans doute née avec un livre à la main. Elle avait réalisé le rêve de son enfance en fondant sa propre maison d’édition, qui portera son nom « Dar Ashraf ».  Depuis les années 1980, elle s’était dévouée corps et âme à des collections comme elle les a rêvées depuis toute petite.

Le premier volume consacré aux « Maisons de Hammamet » connut un succès fulgurant. C’est ce qu’il l’a boostée pour continuer de plus belle sur cette voie si brillante, multipliant ce genre d’ouvrages merveilleux pour ne pas dire magiques. Les plus belles maisons du pays étaient publiées. Ses rencontres nationales et internationales avec les plus grands artistes et photographes seront la cerise sur le gâteau quant aux demeures tunisiennes qui ont eu le privilège d’être sous l’objectif de l’auteure.  

Elle poursuivra le chemin parsemé de lauriers. C’était une vraie success- story. Les merveilleuses et authentiques maisons percent les intimités des alcôves et de leur histoire.  

Ashraf Azzouz, on ne parlera d’elle, hélas, qu’à l’imparfait, le parfait, c’était lorsqu’elle était là parmi ceux qui l’aiment. Elle était devenue inconsolable, si fragile et n’ayant pas fait son deuil après le départ de sa fille, la douleur ne la quittait plus. Cette fille qui avait pris le chemin de sa maman dans sa passion pour la photo, était partie à jamais à la fleur de l’âge. Cette disparition subite et insoutenable pour les parents, était un peu contre la loi de la nature qui fait que les mamans partent avant.  

La faucheuse traîtresse, aura encore une fois dit son dernier mot. Ashraf Azzouz rejoint doucement désormais, si heureuse, sa fille Sophia Baraket,

les commentaires

comments

Les plus populaires